Ovenk.com

Ovenk, une histoire d’images

Publié le 24 juin 2015

En 1976 commence une aventure à la fois personnelle et collective. Jean-Claude Kebabdjian, jeune éditeur à l’époque, a l’idée de constituer un fonds photographique réunissant des archives familiales, des scènes de la vie quotidienne, des lieux et paysages de l’Arménie historique.

A l’origine, l’idée d’un fonds d’image

Puis arrive la naissance du Centre de Recherches sur la Diaspora Arménienne (CRDA).

L’enjeu était de taille, car les membres du CRDA devaient faire face tout à la fois à la perte d’identité en diaspora et à la realpolitik du silence face au négationnisme de la Turquie soutenue alors par le camp occidental.

Puis, en 1980, le livre Arménie 1900 paraît sous la double signature de Yves Ternon et Jean-Claude Kebabdjian, aujourd’hui réédité par HC Editions sous le titre de L’Arménie d’Antan.

Au milieu des années 1990, au commencement d’Internet, le CRDA entreprend de numériser toutes ses images afin de présenter son fonds à un plus large public.

L’Institut de la Mémoire Arménienne recueille en 2002 les fonds du CRDA et reprend le projet de numérisation des images du centre.

La naissance du site internet

Plusieurs milliers d’images sont mises en ligne sur le site Ovenk.com dès 2013 – Ovenk est la transcription de l’arménien «Qui sommes-nous?»

L’originalité de Ovenk.com est de proposer aux Arméniens de la planète de partager gratuitement des photographies en leur possession avec d’autres Arméniens dans l’intention de rendre visible et vivante une mémoire arménienne commune.

Ovenk.com offre une dimension humaine et intergénérationnelle à la mémoire arménienne. L’objectif n’est pas de glorifier un soi-disant «passé ottoman» ne couvrant qu’une partie d’une longue histoire de l’Arménie. Il ne s’agit pas non plus de faire un site d’érudition, ni un site dont le contenu est exclusivement réservé à ses abonnés.

Ovenk.com propose un accès facile à ses images d’Arméniens du 19ème siècle et du début du 20ème siècle, qui vécurent en Arménie historique (le Plateau arménien), dans tout le Caucase, mais aussi ailleurs, en Russie, en Iran et, bien sûr, à Constantinople.

Deux ans après son démarrage, Ovenk.com poursuit sa mission en puisant dans le fonds considérable d’archives de l’Institut de la Mémoire Arménienne et bénéficie d’apports de contributeurs de la diaspora.

L’argent récolté par les donations sert à payer les frais techniques liés à la maintenance du site, à la conservation du fonds d’archives et, si ces dons continuent à affluer, à sa publicité.

Ovenk.com est un puzzle vivant, en construction permanente, participatif, de photographies et d’images arméniennes.

Des utilisateurs complètent et enrichissent le puzzle par l’apport spontané de photographies arméniennes, d’autres fournissent des renseignements précieux ou des précisions utiles. Enfin, grâce à Ovenk, d’autres encore découvrent leurs ancêtres ou leur ville d’origine.